L'art d'écrire et de communiquer

Frédérique Izaute

Les étapes d’une bonne traduction en marketing

Nous traduisons beaucoup de sites web, et il s’agit d’un travail particulier qui requiert bien plus que des compétences linguistiques. Comme pour toute traduction en marketing, le traducteur doit tenir compte de l’objectif du site, des particularités du client cible et de la concurrence. C’est ce qu’on appelle souvent de la localisation. Pour effectuer une traduction tout à fait satisfaisante, nous suivons plusieurs étapes :

1

Il est essentiel d’écouter les véritables besoins du client. Tous les sites web ne répondent pas aux mêmes impératifs stratégiques : notoriété, fiabilité, proximité, information, sensibilisation, vulgarisation… Souvent, la décision de traduction naît de la volonté de percer un nouveau marché. Peut-être alors est-il utile d’adapter le ton du site, d’utiliser un vocabulaire moins technique, plus didactique. Tous ces points doivent être discutés avec le client à la fois pour s’assurer de bien répondre à ses besoins et pour, éventuellement, l’aider à préciser ses objectifs.

2

En d’autres termes, faire de la recherche. Aujourd’hui, Internet procure aux traducteurs d’innombrables ressources. Il peut se familiariser avec le domaine en question, pour en comprendre les enjeux et en maîtriser la terminologie. En effet, si le client offre un type de produit spécifique que n’offre pas la concurrence, il serait dommage de ne pas le souligner, ne serait-ce que par la tournure d’une phrase. Il est difficile de traduire avec exactitude ces spécificités si l’on ne connaît pas le marché et les autres joueurs du milieu. On pourrait considérer un détail comme futile, alors qu’il est déterminant. Pour ce qui est de la terminologie, en cas de divergences entre différentes sources, le traducteur peut alors vérifier auprès du client quels sont les termes appropriés.

3

Le véritable processus de traduction peut alors débuter. L’idéal, bien sûr, est de procéder par étapes et de soumettre au client des échantillons de traduction pour que ce dernier en valide à la fois la terminologie et le ton.  La collaboration présente lors des étapes précédentes doit se poursuivre. Une fois les premières validations obtenues du client, le traducteur peut procéder avec de plus en plus d’autonomie, mais il peut devoir adapter son approche aux commentaires du client quant aux spécificités de son image et de son domaine.

4 La révision est l’étape de la finition et de l’harmonisation. C’est la raison pour laquelle le traducteur devrait toujours pouvoir la faire en toute fin de projet, même si les contraintes des conditions de travail ne le permettent pas toujours. C’est en effectuant la traduction que le traducteur acquiert une meilleure compréhension des enjeux et des spécificités des produits ou des services. Une fois arrivé à la fin du projet, il est toujours soulagé de pouvoir retourner corriger quelques inexactitudes ou imprécisions du début. Quand c’est possible, le texte devrait être révisé par une autre personne qui, en y posant un nouveau regard, sera plus sensible aux lourdeurs, aux répétitions inutiles et aux maladresses.

5Finalement, une fois le texte mis en page, avant sa mise en ligne, le traducteur doit pouvoir effectuer une dernière vérification, pour repérer les dernières coquilles qui, immanquablement, ont déjoué la lecture la plus attentive, mais aussi repérer les mauvaises coupures de mots en fin de ligne ou les endroits où la mise en page dessert le texte.

Ce processus demande du temps, de la disponibilité autant de la part du client que de celle du traducteur ainsi qu’une excellente communication. Il est très différent de ce qui se passe avec les agences de traduction qui, pour gagner en temps et en rentabilité, répartissent souvent les projets volumineux entre différents traducteurs. Avec un seul traducteur ou une toute petite équipe, le processus est certes plus long, mais beaucoup plus personnel, beaucoup plus homogène et, bien sûr, beaucoup plus efficace. Il est également moins coûteux puisqu’il n’est pas nécessaire de payer des intermédiaires. Le traducteur peut donc être réellement payé pour effectuer un travail de qualité.

2 commentaires sur “Les étapes d’une bonne traduction en marketing

  1. Francis lessard
    04/04/2013

    Nouveau site web avec une traduction douteuse
    On a besoin d’avis professionnel

    • L'@rt d'écrire
      04/04/2013

      Bonjour,
      Si vous voulez que nous en discutions, vous pouvez me laisser vos coordonnées dans la page « Nous joindre » et je pourrai regarder avec vous votre nouveau site.
      Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 19/03/2013 par dans Conseils, Marketing, Sites Web, Traduction, et est taguée , , , , .

RSS Du français au français

  • Les mots québécois du quotidien : vidange, chaudière, moppe et vadrouille
    Il n’y a pas seulement les expressions québécoises les plus colorées qui déroutent les francophones hors Canada. Plusieurs des mots du quotidien représentent aussi des défis de compréhension. Par exemple, le mot vidange possède un sens tout à fait québécois. En effet, chez nous, le mot vidange est synonyme de déchets, d’ordures ou de poubelles. «As-tu sorti […]

RSS 4T

  • Si même les arnaqueurs utilisent Google trad...
    Il y a quelques semaines, j'ai reçu un étrange courriel. La traditionnelle arnaque à l'héritage rédigée en italien (puisque je vis en Italie, il est normal que l'émetteur adapte son discours), par un monsieur qui se dit né à Palerme et dont le texte est truffé de fautes grossières, de choix de pronoms pour le moins surprenants, ... Le plus amu […]

RSS Filogis

  • Traduction assermentée et experts judiciaires
    La traduction assermentée et l’expertise judiciaire en langues étrangères sont encadrés par de nombreux textes, dont voici la liste, établie et mise à jour par la Cour de Cassation : Loi n° 71-498 du 29 juin 1971 relative aux experts judiciaires, … Lire la suite →
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: